Login

Signup

Posted By

Bassem Fourti : Les jeunes et la politique

juin 26, 2019 | 0 Comments
featured-image

Après la réussite du dialogue national, l’obtention du prix Nobel de la paix et les élections de 2014, la majorité des observateurs ont conclu que la Tunisie a réussi complètement sa transition politique.

Pourtant, rien qu’en lisant le titre de cet article (une simple phrase réunissant jeunes et politique sur la même ligne) beaucoup de personnes pourraient affirmer rapidement qu’il s’agit d’une relation souvent problématique et complexe.

En effet, ces dernières années beaucoup de voix s’élèvent pour défendre l’idée que parler d’une politique jeune en Tunisie relèverait plutôt de l’oxymore que de la réalité et qu’il suffit juste d’analyse la pyramide des âges des élus à l’assemblée des représentants du peuple pour dire que cette assemblée ne mériterait pas cette appellation (statistiquement parlant) avec 4 % de jeunes dans son hémicycle (7 députés sur 217) dans un pays constitué à 60 % de jeunes.  

C’est dans ce contexte que s’est inscrit la rencontre-débat du 6 juin 2019 réunissant une dizaine de membres de la diaspora Tunisienne à Paris. Une rencontre organisée par l’association La Tunisie de Demain en collaboration avec l’initiative Mouwatinoun.

le 6 juillet Forum Ouvert : La Tunisie de Demain Comment agir? https://www.facebook.com/events/1044707075717756/

À travers un Workshop basé sur des techniques développant l’intelligence collective, les participants ont essayé de démontrer que la jeunesse peut être une vraie force de propositions et que la participation des jeunes à la vie politique en Tunisie serait très bénéfique pour notre pays.
Ils ont aussi proposé un plan d’action à suivre, loin du populisme, des slogans de campagnes électorales et des manœuvres politiques.

Durant ce workshop, trois questions ont été posées aux présents (une dizaine de personnes). À la fin, un travail de centralisation des idées a été élaboré pour dégager les idées centrales. Voici les résultats :

Comme dans chaque proposition de loi, il faut commencer par énumérer les avantages qu’on pourrait tirer par la réforme qu’on propose. La première question est donc la suivante :  

Que peut apporter un jeune à la vie politique ?

Voici les réponses qu’on a relevées :

  • L’innovation : Idées novatrices / nouveaux projets de la société / création artistique / plus d’idées innovantes et adaptées à la société / ouverture et tolérance
  • Représentativité : Élaborer des lois applicables aux jeunes / aider à élaborer des formations adaptées aux jeunes / représentativité de la population (+ 50 %)
  • Energie : Dynamisme / énergie /ambition
  • Communication digitale et réseaux sociaux : Communication moderne / technologie Communication / réseaux sociaux
  • Ecologie : Prise de conscience des problèmes environnementaux / ouverture sur le développement durable
  • Honnêteté : Moins corruptible / transparence des idées et des pensées

Ensuite, puisqu’un problème bien posé est un problème résolu à moitié. Il faut identifier les goulots d’étranglement.

Quels sont les freins à la participation des jeunes à la politique en Tunisie ?

  • Mauvaise image de la politique : Mauvaise perception de la politique / Mauvaise réputation / Manque de crédibilité des politiciens / Ignorance de l’importance de la politique /
  • Manque d’éducation civique et politique : Méconnaissance et manque de culture politique Manque desensibilisation / engagement / désespoir / absence d’une éducation citoyenne et responsable / manque de motivation / désespoir
  • Un rapport de forces qui n’avantage pas les jeunes : Monopole des seigneurs /centralisation du pouvoir / empêchement des adultes (politiques)
  • Difficultés économiques : Niveau de vie / environnement familial / manque de moyens financiers, subventions
  • Crise de leadership : Manque de modèles, , pas de projets concernant les jeunes La fuite… 

Enfin, après avoir relevé les avantages qu’on peut tirer d’une meilleure participation des jeunes à la vie politique et après avoir identifié les difficultés qu’on doit surmonter, la dernière question porte naturellement sur le plan d’action à suivre.

Quelles sont les actions que vous proposez pour changer la situation ?

  1. Législation :

La loi électorale est certainement la principale loi régissant la vie politique en Tunisie. Nous proposons une réforme de cette loi pour faciliter l’accès des jeunes à la politique dans une philosophie basée sur la discrimination positive.

  • Obliger les candidats à présenter des jeunes dans leurs listes électorales dans les élections législatives. EX : mettre obligatoirement un jeune ayant moins de 35 ans dans les trois premières positions sinon rejet de la liste par l’ISIE (actuellement la sanction est seulement financière).
  • Inscription automatique des jeunes sur les listes électorales.
  • Quotas dans les règlements intérieurs des partis pour fixer un nombre minimum de jeunes dans les instances de décisions (bureaux politiques, bureau exécutif etc…). 
  • Rétablir l’âge maximum pour les élections présidentielles


2. Education :  

  • La réforme de l’éducation est aussi un vecteur très important.
  • Une réforme des programmes scolaires et universitaire vers un contenu plus riche en matière d’éducation civique et politique avec la création d’un cursus universitaire d’excellence spécialisée dans les sciences politiques.
  • Des cycles de formations sélectifs pour les jeunes dans les lycées en collaboration avec la société civile (une meilleure collaboration entre le ministère de l’éducation et le ministère chargé des instances constitutionnelles et de la société civile).
https://www.facebook.com/events/1044707075717756/

3. Economie et financement :

  • Réduire les inégalités régionales et définir une stratégie nationale de lutte contre la précarité et le chômage particulièrement élevé chez les jeunes.
  • Promouvoir la responsabilité sociale des entreprises au niveau local (proposer des avantages fiscaux aux entreprises qui recrutent des jeunes).
  • Rétablir le financement public aux partis qui ont le plus de jeunes actifs dans leur organisation.

Pour conclure, un grand merci à tous les participants à ce débat. Nous sommes fiers de rencontrer des jeunes citoyens tunisiens impliqués qui sont en train d’innover, de proposer et d’agir pour un meilleur avenir.

Pour continuer l’aventure, nous vous proposons de participer à notre prochain événement : Le 6 Juillet 2019 « Forum Ouvert : La Tunisie de Demain_Comment agir?« 

https://www.facebook.com/events/1044707075717756/


*********************************
Article rédigé par Bassem Fourti

Leave a Comment:

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *